Lore – Sang, vitae et goule

Ce second article d’explication concerne la Vitae et le Sang.

Le Sang, c’est la vie. Au propre comme au figuré. Pour alimenter leur immortalité, les Vampires doivent périodiquement consommer du sang, de préférence humain. Certains vampires pénitents errent dans une pâle existence en buvant du sang animal. Tandis que d’autres considèrent que la réelle pénitence est de boire le sang d’humains plutôt que d’animaux. Chacun sa vision.

Pour la première partie de notre article sur la physiologie vampirique, voir ici :

http://www.gnafron.org/2017/12/07/interpreter-un-vampire/

Dans notre jeu, la quantité de sang contenue dans une créature vivante est mesurée en unités appelées Points de Sang. La quantité totale de sang dans l’organisme est appelée Réserve de Sang.

La Vitae est le sang d’un vampire, riche, puissant, aromatique et occulte. Le sang d’un mortel ne peut permettre créer de Goule ou Étreindre, seule la Vitae le peut. Le Sang mortel est transformé en Vitae lors de l’ingestion par le Vampire, sans que nul ne comprenne exactement comment… Lorsqu’on dit qu’un vampire ou une goule stocke ou utilise du Sang, il s’agit toujours de Vitae, sauf mention explicite du contraire.

Un Mortel en bonne santé est considéré comme ayant 10 Points de Sang dans son système. Un vampire peut potentiellement contenir plus de Points de Sang, selon sa Génération. Un Vampire possède la capacité spéciale de dépenser du Sang volontairement. Cela lui permet d’alimenter une grande variété de pouvoirs et de fonctions. Un Vampire peut dépenser plus ou moins de Points selon sa Génération.

Usages de la vitae

Un jeune vampire apprend en quelques semaines avec son Sire, ou en quelques mois seulement seul, à utiliser sa Vitae des façons suivantes :

  • Un Vampire doit dépenser de la Vitae chaque nuit au crépuscule, seulement pour se réveiller et sortir de sa Torpeur diurne, également appelée Sommeil.
  • Un Vampire peut donner de la Vitae à un Mortel afin d’en faire une Goule.
  • User de Vitae permet de sembler vivant. La peau du vampire devient chaude et montre une coloration normale, et les fonctions corporelles du vampire miment les systèmes autonomes d’un vivant (comme battre des paupières, renifler, rougir ou respirer).
  • Un Vampire peut dépenser de la Vitae pour se soigner.
  • Il peut également dépenser de la Vitae pour alimenter ses Disciplines.
  • Des Points de Vitae peuvent être dépensés par le vampire pour « gonfler ses muscles » et être plus fort.r les muscles du vampire. 

Un Vampire peut exposer ses crocs et mordre un adversaire agrippé, choisissant de lui prendre du Sang ou de l’attaquer en infligeant des dégâts magiques, appelés Dégâts Aggravés. Agripper un adversaire requiert une Manœuvre de Combat, mais une fois qu’un Vampire a réussi à agripper sa cible, il peut le mordre sans dépenser de Volonté. Il n’est pas possible de mordre agressivement et de boire du sang en même temps.

Mordre pour se nourrir n’inflige aucun dégât à un Vampire, mais draine 1 point de Sang par Action Standard dépensée. Drainer du sang de cette manière blesse les Mortels, leur infligeant 2 Dégâts Normaux par Point de Sang drainé.

Notez que la morsure d’un vampire est un puissant aphrodisiaque pour les mortels et les vampires, lorsqu’elle est fait dans un contexte consensuel (hors de combat notamment).

Se Nourrir

Un Vampire régénère typiquement sa Réserve de Sang en se nourrissant. Votre personnage peut prendre du sang aux Mortels, à d’autres Vampires, ou à d’autres créatures possédant du sang, comme un animal. Quand un Vampire mord quelqu’un afin de se nourrir, il fait appel au Baiser Vampirique. Le Baiser est une sensation invasive de bien-être qui laisse les Mortels sans défense, et peut même être appréciée par d’autres créatures. 

Après s’être nourri, un Vampire peut fermer une blessure causée par le Baiser en léchant la plaie, ce qui répare superficiellement la plaie, mais ne guérit aucune blessure éventuellement infligée. Notez enfin qu’un Vampire ne peut pas réparer les plaies d’une morsure agressive de combat.

Un Vampire doit consommer 2 Points de Sang d’un animal afin d’obtenir l’équivalent d’1 Point de Sang humain. Certains prétendent que le sang d’un animal est moins pur que celui d’un humain. Il est en tout cas moins bon. D’autres prétendent que c’est parce que la malédiction des vampires s’appliquent plus particulièrement au fait de se nourrir d’humains, non d’animaux.

Lien de Sang

La Vitae est une drogue érotisante, douce et plus addictive et plaisante que n’importe quelle autre substance connue de l’homme. Il fournit de fausses émotions, et accable à la fois les Mortels et les autres Vampires d’un amour non désiré mais puissant pour le donneur.

Cette sensation – et les effets qui l’accompagnent – est dangereusement forte, et les Vampires ont pris pour habitude d’écraser la résistance de leur cible à travers des prises répétées du même Sang, afin de transformer leur proie en véritable esclave.

Certains Vampires exploitent les émotions fournies par la Vitae consommée pour apporter de la passion dans leur cœur froid, mais c’est une pratique dangereuse. Si un être, Mortel ou Vampire, boit le sang d’un même Vampire en trois nuits distinctes, il tombe sous l’effet d’un état mystique connu sous le nom de Lien de Sang.

Le Lien de Sang transforme les sentiments provoqués en esclavage. L’individu affecté ressent un amour obsessif et total pour l’individu auprès de qui il a bu. Cette soumission est plus puissante que n’importe quelle autre pulsion dans la vie d’un individu ; plus puissante encore que l’instinct de préservation. Même des pouvoirs surnaturels pourtant puissants, comme Domination ou Présence, ne peuvent altérer les sentiments d’une victime d’un Lien de Sang. Elle fera n’importe quoi, souffrira tous les feux de l’enfer, pour satisfaire son être aimé. Selon des légendes, seul le véritable, le pur amour a une chance de défaire un tel lien.

Culture du Lien de Sang

Un Vampire qui en tient un autre dans un tel lien est appelé le Régnant, tandis que l’individu victime est appelé un Lié. On parle parfois de Suzerain, d’un coté, et de Vassal, chez les vampires les plus vieux.

Au sein de la Camarilla, le rapport au lien de sang est ambigu. La Tour d’Ivoire dépend beaucoup de ses goules, et le Lien de Sang est donc courant. Plus d’un ancien s’est retrouvé à lier partiellement ou totalement ses infants au sang pour sa sécurité.

Cependant, les tourments de la Révolte Anarch, essentiellement causée par l’abus du Lien de Sang fait que les anciens évitent autant que possible cette solution, et préfèrent des techniques plus subtiles. Utiliser un lien de sang pour gérer un jeune vampire  est souvent vu comme un aveux de faiblesse de la part du vieux vampire, dont ses adversaires se gausseront.

Les Anarchs, eux, détestent le Lien de Sang. Pour eux, c’est un asservissement, une contrainte avilissante. Ce qui, ironiquement, ne les empêche pas d’avoir dans le reng quelques uns qui en usent et abusent.

Logique et mécanique

Un Lien de Sang doit être maintenu à travers d’autres consommations, ou il s’évanouira avec le temps. De plus, il est dans le bon intérêt du Régnant de maintenir une bonne relation avec ses Liés, puisque ces derniers, s’ils sont régulièrement humiliés ou mal traités, auront plus de facilité à briser le Lien. Les Liés traités avec affection et respect se rendent rapidement compte que le Lien peut devenir aussi dur que de l’acier, et auront bien plus de mal à résister aux commandements de leur Régnant.

Les Liens de Sang sont régulièrement utilisés pour contrôler et s’assurer la loyauté des Mortels et des Goules. Mais il est possible qu’un Vampire en lie un autre – même des Anciens peuvent être liés au sang de plus jeunes qu’eux.

Evolution du lien

Le processus a 3 étapes, correspondant au nombre de fois ou la victime a bu du sang d’un vampire.

Niveau 1 : Le buveur commence à ressentir des liens forts mais intermittents d’engouement envers le vampire. Il peut rêver de lui, ou fréquenter « par coïncidence » des lieux où le vampire pourrait apparaître. Il n’y a pas d’effet mécanique à ce niveau, mais le lien doit être interprété par la victime. Tous les Infants ont ce Niveau de Lien envers leur Sire, puisque l’Etreinte requiert de toutes façons que l’Infant boive du Sang du Sire ; l’Infant peut aimer, ou haïr son Sire, mais il ne lui sera jamais indifférent.

Niveau 2 : Les sentiments du buveur gagnent suffisamment en force pour influencer son comportement. Bien qu’il ne soit en aucun cas « esclave » du vampire, ce dernier est définitivement une figure importante de sa vie actuelle. Il peut agir à sa guise, mais doit faire un effort de volonté s’il souhaite tenter de blesser le Régnant. De plus, il a du mal à résister à certains de ses pouvoirs sociaux et mentaux.

Niveau 3 : Lien de Sang total. A ce niveau, le buveur est complètement lié au vampire. Ce dernier devient la personne la plus importante de sa vie ; ses amours, ses proches, et même ses enfants passent au second plan face à sa passion dévorante. Un Lié doit faire un effort de volonté chaque fois qu’il désire effectuer une action qui pourrait à priori déplaire à son maître. Il doit faire un énorme effort de volonté, très puissant, pour tenter de lui faire directement du mal. Pis, il a beaucoup de difficulté à résister à certains de ses pouvoirs sociaux et mentaux.

Un individu peut avoir autant de Liens de Niveau 1 et 2 que possible, mais en cas de création d’un Lien de Niveau 3, tous les Niveaux 1 et 2 sont immédiatement effacés.

Les Goules : Ceux qui Servent

De nombreux Vampires sont servis et assistés par des Mortels. Après tout, il est plutôt pratique d’avoir quelqu’un qui peut aller là où le Vampire ne peut se rendre, comme à l’extérieur durant la journée, ou dans un territoire hostile. Une Goule est un serviteur Mortel qui a bu de la Vitae, gagnant ainsi un peu de sa puissance. Ces serviteurs sont plus puissants, et plus loyaux, que de simples domestiques humains.

Le maître d’une goule est parfois appelé Domitor (dompteur en latin) surtout chez les vampires les plus âgés.

Il y a de gros avantages à boire le Sang d’un Vampire, mais également de gros revers. Le Sang d’un Vampire est addictif. Ceux qui le boivent de façon répétée deviennent physiquement affecté par un faux mais puissant sentiment d’amour envers le Domitor. Les Goules sont liées à leur Maître par le pouvoir de la Vitae, développant une dévotion envers lui qui va bien au-delà de l’obsession ou de la psychose. Peu importe la façon dont une Goule est traitée par son Domitor, cet amour revient toujours, insurmontable et éternel. Peu importe ce que dicte la logique.

C’est une servitude cruelle.

Tous les Vampires ne sont pas aimables avec leurs serviteurs, et les abus d’autorité sont courants. Au final, peu importe à quel point un Vampire tient à sa Goule, elle reste un domestique, non un Infant. L’éloignement des vampires face à l’éthique et la morale fait qu’une Goule reste remplaçable, si le besoin se fait sentir. Tant qu’elle se nourrit de Vitae au moins une fois par mois, une Goule ne vieillit plus et ne souffre plus des maladies (génétiques ou non).

Si les goules sont un usage courant en Camarilla, les Anarchs voient de plus en plus mal cette servitude forcée.

Avec la permission de son Maître, une Goule peut apprendre n’importe quelle Discipline du Clan de son Domitor.

Une réflexion sur « Lore – Sang, vitae et goule »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *